A | B | C | D | E | H | I | N | P | R | S | T | U | W
  • A

  • Acoustique

    Section de la mécanique des vibrations dédiée à l'étude des sons. On distingue habituellement l'acoustique (physique) des acoustiques physiologique, psychologique, médicale, musicale qui empiètent elles-mêmes sur d'autres disciplines...

  • Acuité auditive

    Capacité très variable d'un individu à l'autre, de percevoir les finesses des formes acoustiques. Celles-ci ont toujours trois dimensions physiques - le temps, la fréquence et le niveau - qui, du point de vue perceptif, se traduisent respectivement par la durée, la hauteur et le timbre et l'intensité.

  • Additionner 2 niveaux sonores

    La progression des niveaux sonores se fait de façon logarithmique puisqu'au niveau 0 dB (seuil d'audibilité) correspond une intensité de 10-12 W/m2 et qu'au seuil 140 dB (niveau de destruction de l'oreille) correspond une intensité de 102 W/m2, soit un rapport de 1 à 1014 .Ainsi les niveaux de bruits ne peuvent pas s'additionner arithmétiquement. Lorsqu'on additionne 2 niveaux de bruit identiques, le niveau résultant n'est augmenté que de 3 dB: Ex : 60 dB + 60 dB = 63dB

  • B

  • Bruit

    Dans la pratique, on rencontre très peu de sons purs (c'est-à-dire à une seule fréquence) mais plutôt des sons complexes, qui résultent de la superposition d'un grand nombre de sons purs. Plus un son complexe contient de sons purs plus il est riche. Si la superposition de sons purs donne un phénomène acoustique aléatoire, où l'on ne peut distinguer de fréquences (à l'inverse des sons complexes), on est alors en présence de bruit.

  • Bruit aérien

    En acoustique, ce terme désigne le bruit se propageant dans l'air tel que bruit de voix, télévision, chaîne hi-fi, la circulation routière, par opposition aux bruits solidiens.

  • Bruit ambiant

    Bruit total existant dans une situation donnée pendant un intervalle de temps donné. Il est composé de l'ensemble des bruits émis par toutes les sources proches et éloignées.

  • Bruit d’impact

    Les bruits d'impact sont des bruits transmis par une paroi mise en vibration par un choc : bruit de pas, déplacement de meubles, chutes d'objets… Ces bruits se propagent non seulement verticalement entre deux pièces superposées, mais encore latéralement entre deux locaux situés au même niveau ou diagonalement entre deux locaux superposés ou décalés.

     

  • Bruit de fond / résiduel

    C'est le niveau de pression acoustique moyen du bruit d'ambiance à l'endroit et au moment de la mesure en l'absence du bruit particulier considéré comme perturbateur.

  • Bruit particulier

    Composante du bruit ambiant qui peut être identifiée spécifiquement et que l'on désire distinguer du bruit ambiant notamment parce qu'il est l'objet d'une requête.

  • Bruit rose / blanc / route

    Il s'agit de divers types de bruits qui diffèrent par leur contenu fréquentiel. Le bruit route modélise le bruit émis par le trafic routier et est utilisé dans le cas d'isolement de façade. Le bruit rose, généré par une source de bruit, est utilisé pour les mesures d'isolation.

  • Bruit solidien

    Bruit qui se propage dans les milieux solides. Les bruits solidiens comprennent :

    * Les bruits d'impact transmis par les éléments solides du logement.
    * Les bruits d'équipement (chaufferies, ascenseurs…)...

  • C

  • Coefficient de directivité (Q)

    Il caractérise la directivité de la source sonore et dépend des surfaces réfléchissantes entourant la source (sol, mur, …) ; sans unité de mesure et varie essentiellement de 1 (vide autour de la source) à 16 (sol, plafond et dans un angle de mur).

  • Courbe ISO / NR

    Courbe à laquelle un spectre mesuré peut être comparé. Elle permet une qualification et une quantification du bruit mesuré en fonction des fréquences (d'après la norme NF S 30-010).

  • D

  • Décibel (dB)

    Pour exprimer par des nombres simples l'ensemble des intensités de sons possibles, on utilise une échelle logarithmique : le décibel (dB). L'oreille humaine perçoit des sons de 0 dB (seuil d'audibilité) à 100 dB (seuil de douleur).

  • Domaine de fréquences audibles

    Désigne habituellement la gamme des fréquences audibles par l'homme. Celle-ci varie avec l'âge : de 20 Hz à 20 000 Hz chez le jeune enfant, elle peut se limiter de 100 à 10 000 Hz chez un sujet plus âgé. On notera toutefois que la valeur de la fréquence ne garantit par l'audibilité puisque l'intensité doit également être comprise entre certaines limites.

  • E

  • Emergence

    Modification temporelle du niveau de bruit ambiant induite par l'apparition ou la disparition d'un bruit particulier.

     

  • H

  • Hauteur (ou hauteur tonale)

    Définition normalisée : caractère de la sensation auditive lié à la fréquence d'un son périodique, qui fait dire que le son est aigu ou grave selon que cette fréquence est plus ou moins élevée. Par extension, la notion de hauteur peut s'appliquer avec une facilité plus ou moins grande à des sons non périodiques. L'oreille perçoit les sons dont la hauteur (fréquence vibratoire) est comprise entre 20 et 20000 hertz. Les infrasons (au-dessous) et les ultrasons (au-dessus) sont inaudibles par l'homme.

  • I

  • Indice d’affaiblissement (R)

    La valeur d'isolement intrinsèque d'un élément de construction est mesurée en laboratoire en supprimant la transmission du bruit par les chemins latéraux. Il est exprimé par bande de fréquence et en global en dB.

  • Infrasons

    Vibrations acoustiques dont les fréquences sont inférieures aux fréquences audibles (fréquence inférieure à 20 Hz). À strictement parler, les infrasons ne sont donc pas des sons.

  • Isolement acoustique normalisé (DnAT)

    Il permet d'exprimé l'isolement en fonction d'une seule valeur (global pondéré A). Il est indispensable de préciser si la valeur est donnée en fonction d'un bruit rose ou route à l'émission. Ces 2 indices DnT et DnAT sont les anciens indices. Le DnTw (C, Ctr) est le nouvel indice européen en vigueur (Cette remarque est identique concernant les indices d'affaiblissement acoustique).

  • Isolement acoustique standardisé

    Exprimé par bande de fréquence en décibel (dB). Il caractérise l'isolement in situ entre locaux et tient compte de l'absorption de la pièce de réception. De part l'existence des transmissions latérales du bruit par les chemins indirects, l’isolement standardisé (DnT) entre 2 locaux est souvent inférieur à l’indice d’affaiblissement de la paroi séparative.

  • Isolement acoustique standardisé pondéré

    Il permet d'exprimer l'isolement en fonction d'une valeur et de 2 coefficients (C et Ctr). Le DnT,w est la valeur de l'isolement acoustique standardisé. Les coefficients C et Ctr servent à déterminer les isolements aux bruits rose (C) et routier (Ctr).

  • Isolement brut (D)

    C'est la différence entre le niveau de pression du local d'émission (ou de l'extérieur ) et le niveau de pression dans le local de réception : D = Lémission – Lréception

  • N

  • Niveau d’intensité acoustique

    Le flux d'énergie acoustique par unité de surface pour une direction de propagation des ondes sonores donnée :
    Li=10 lg (I/Io) I :
    I : Intensité acoustique au point de réception en W.m-2
    Io : intensité acoustique de référence choisie par convention, égale à 10-12 W.m-2

  • Niveau de pression acoustique

    La différence entre la pression existant à un instant donné et la pression à l'équilibre qui existerait en l'absence de toute vibration acoustique :
    Lp=10 lg (P/Po) P :
    P : pression acoustique en Pa au point de réception.
    Po : pression acoustique de référence en Pa, égale à 20-6 Pa

  • Niveau de puissance acoustique

    L'énergie sonore qu'une source de bruit produit indépendamment de son environnement :
    Lw= 10 lg (W/Wo) W :
    W : puissance acoustique de la source en W.
    Wo : puissance acoustique de référence en W choisie par convention, égale à 10-12 W

  • P

  • Perception oreille

    20 Hz - 20 000 Hz.

  • R

  • Réverbération

    Phénomène qui se traduit par une prolongation de l'existence d'un son due aux réflexions multiples sur les parois d'une salle.

  • S

  • Son

    Définition normalisée : vibration acoustique capable d'éveiller une sensation auditive.

     

  • T

  • Temps de réverbération (TR)

    Durée au bout de laquelle l'amplitude d'un signal sonore interrompu a chuté de 60 dB. Le Tr caractérise la réverbération d'un local et est mesuré dans chaque bande de fréquence.

  • U

  • Ultrasons

    Vibrations acoustiques dont les fréquences sont supérieures aux fréquences audibles (20000 Hz). À strictement parler, les ultrasons ne sont donc pas des sons.

  • W

  • Watt

    Unité légale de puissance ; symbole W. En mécanique, 1 W correspond à l'énergie fournie par une force de 1 newton provoquant un déplacement à la vitesse de 1 m.s-1. En électricité, 1 W correspond à l'énergie fournie par un générateur débitant un courant d'intensité égale à 1 A (ampère) sous une tension de 1 V (volt).